La mise en place de notre budget – Étude de cas #2

Lorsque nous avons acheté notre maison en 2014, cela ne faisait qu’un an que nous nous connaissions et à peine six mois que nous vivions ensemble. Nous nous lancions dans une aventure dont l’issue était incertaine.

Ce risque, couplé au fait que nous ne disposions pas tous les deux d’un apport similaire, nous a alors poussé à tenir une comptabilité et mettre en place un budget. Ainsi, nous pourrions anticiper d’éventuels soucis de paiement et saurions qui avait versé quoi. Cela nous apportait une tranquillité d’esprit.

“J’ai besoin d’être sûr que tout soit prévu sinon je passe mon temps à imaginer toutes les possibilités et mentalement c’est très épuisant.”

Fabien

Avec une contrôleuse de gestion dans les lieux, nous avons sans hésiter opté pour un suivi sur tableur. En plus de maîtriser l’outil, le fait de partir d’une page blanche et donc de construire nous-même notre tableau de suivi, d’y inscrire manuellement nos chiffres, nous faisait prendre conscience de ce que nous dépensons. Cela nous permet une première analyse qui est toujours bénéfique pour une bonne gestion.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu l’article « Comment faire un budget ? »

Suivi simplifié des dépenses

Comme vous pouvez le constater dans l’image ci-dessous, notre tableau de suivi initial était des plus basiques : nous nous contentions d’indiquer le montant de nos dépenses au fur et à mesure qu’elles tombaient.

Notre objectif à ce moment-là était simple : nous assurer que nous participions à parts égales dans nos dépenses globales. Il n’avait pas été réfléchi selon la méthode SMART. D’une part parce que nous ne connaissions pas encore cette méthode, mais en plus parce qu’elle n’avait pas de réel intérêt dans ce cas. Car notre but pouvait être atteint de façon immédiate avec la mise en place d’un tableau de suivi.

Voilà à quoi ressemblait notre 1er tableau de suivi :

Liste des dépenses

Dans une feuille de tableur nous inscrivions pour chaque poste de dépense le montant payé par l’un ou par l’autre. Pas de formules complexes, une simple somme de temps en temps pour constater les écarts de paiement entre nous et ajuster en fonction.

Avantages de ce format :

  • Simple à mettre en place,
  • Adapté à notre objectif de suivi des paiements réalisés par l’un et l’autre,
  • Suivi au jour le jour nos dépenses et comparaison des totaux

Inconvénients :

  • Impossible d’anticiper d’éventuels problèmes. Il ne s’agissait que d’une liste sans dates de dépenses que nous ne pouvions pas rapprocher de nos revenus. Ainsi, si nous versions plus que ce que nous gagnions, nous ne pouvions le détecter à partir de ce tableau.

Nous avons alors adopté un modèle tout aussi simple, mais qui intégrait une vision mensuelle de nos dépenses, plus facilement confrontable avec nos ressources.

Suivi détaillé des dépenses

Suivi mensuel des dépenses

Ce nouveau format ne présente pas plus de difficultés que le précédent. Il a l’avantage supplémentaire d’être plus lisible.

Cette feuille rassemble l’ensemble de nos dépenses mensuelles fixes, c’est-à-dire celles récurrentes, qui reviennent d’un mois sur l’autre avec un montant identique ou prévisible. Il s’agit par exemple des assurances, des abonnements (internet, téléphones), des loyers des emprunts, des fluides (eau, électricité et gaz), de notre épargne (PEL, SCPI).

Ici, nous avons distingué les dépenses mensuelles courantes et les ponctuelles. Ces dernières correspondent à des dépenses fixes, mais temporaires. Par exemple, nous avions acheté notre mobilier de chambre en 10 fois sans frais. Ainsi pendant 10 mois nous avons payé 130€. Cette ligne était présente essentiellement pour les achats de cette nature, à crédit court.

Précisions supplémentaires :

  • La 1ère année, ce tableau avait été fait à l’avance sur une année complète. Il se basait alors sur des suppositions et projections que nous avons affiné par la suite d’années en années.
  • Comme vous pouvez le constater, certaines cases sont surlignées en jaune. Ce marquage signale simplement les dépenses déjà tombées. Ce code couleur nous permet de repérer, grâce à un suivi régulier de nos comptes, les dépenses restant à payer.
  • Parmi ces dépenses fixes s’est glissée une dépense variable : l’indemnité de garde qui évolue selon le nombre de jours de présence de notre fils chez sa nounou. En théorie ce montant devrait être inscrit dans les charges variables, mais nous avons préféré le coupler au salaire de l’assistante maternelle, afin d’avoir une lecture facilitée de son salaire total.
  • En dehors du cas de l’indemnité de garde variable, les autres montants peuvent être également amenés à changer. C’est par exemple le cas des assurances qui sont réévaluées annuellement, ou des impôts. Des régularisations apparaissent également, comme par exemple sur le mois de juin pour l’électricité. Les montants exacts sont difficiles à prévoir, mais souvent vous êtes avertis en amont de leur prélèvement, ce qui vous permet d’ajuster votre suivi.

Une fois nos dépenses fixes identifiées, il faut s’atteler au calcul de la partie variable. Les dépenses variables correspondent à des dépenses récurrentes, mais dont le montant varie d’un mois sur l’autre. Il s’agit par exemple des courses alimentaires, des dépenses de transport, soit l’essence dans notre cas.

S’agissant de montants imprévisibles, nous sommes partis de l’hypothèse que d’un mois sur l’autre nous consommions à peu près la même chose. Par exemple, à moins d’un déplacement exceptionnel, nous effectuons chaque jour le même trajet entre notre domicile et le travail. Nos dépenses d’essence sont ainsi similaires chaque mois.

Ainsi, pour calculer le montant mensuel moyen de nos dépenses variables, nous prenons le total de nos dépenses variables des trois derniers mois et faisons la moyenne.

Moyenne des dépenses variables

Ici, vous pouvez remarquer que nous y avons inclus nos dépenses de loisirs qui rentrent plutôt dans la catégorie des dépenses exceptionnelles de type sorties au cinéma, restaurant, etc. Mais comme nous n’en avons pas beaucoup, nous avons décidé de les inclure dans nos dépenses variables selon le même principe.

Cette nouvelle version nous permet ainsi d’anticiper le montant de nos dépenses mensuelles.

Par exemple, pour le mois d’avril nous avons 2702,26€ de dépenses fixes auxquelles s’ajoutent 415€ (arrondis) de dépenses variables, soit environ 3117€ de dépenses prévisionnelles.

Budget mensuel

Une fois nos dépenses mensuelles prévisionnelles déterminées, nous pouvons lister nos ressources. Dans notre cas, elles sont limitées à nos seuls salaires, voire à quelques remboursements de sécurité sociale ou mutuelle, nos autres revenus étant totalement réinvestis à ce jour.

Budget mensuel

Enfin, en comparant le total de nos dépenses fixes augmenté du montant moyen de dépenses variables, à nos revenus, nous pouvons sans difficulté nous assurer de ne pas passer dans le rouge.

Dans notre simulation nous savons d’avance que nous allons être dans le rouge en juin. Nous devrons donc prévoir de conserver sur notre compte suffisamment d’argent pour combler ce déficit prévisionnel.

Avantages de cette méthode :

  • Gestion mensuelle facilitée et plus lisible,
  • Suivi se fait en parallèle de nos comptes de façon régulière ce qui nous permet de détecter d’éventuelles anomalies et de nous rappeler des dépenses exceptionnelles,
  • Comparaison avec les ressources possible pour anticiper les problèmes.

Inconvénients :

  • Suivi des paiements réalisés par l’un et l’autre impossible.

Compléments :

  • Dans un 1er temps, tant que nous possédions un compte distinct chacun, cette seconde méthode de suivi n’a pas remplacé la 1ère. En effet, elle vient en complément, car leur but diffère. Le 1er tableau permet une comparaison des paiements effectués par l’un et l’autre, tandis que le 2ème permet d’anticiper d’éventuels problèmes, de prévoir, et ce de façon mensuelle. À ce jour, nous gérons toutes nos ressources en commun via un seul compte, et avec un seul objectif : l’indépendance financière.
  • Au-delà de ces simples tableaux de chiffres, il est possible de réaliser des graphiques qui apportent un côté plus visuel. Cela peut-être une courbe de comparaison des ressources et des dépenses, ou un diagramme qui indique la part de chaque poste de dépense dans le total des dépenses.
  • Il s’agit ici du fichier permettant de suivre nos finances. Il est différent de ceux utilisés pour gérer nos investissements et nous assurer que l’atteinte de nos objectifs est en bonne voie. Ce fichier nous permet de savoir si on peut continuer d’investir ou si nous avons atteint notre capacité maximale.
Évolution du budget mensuel
Évolution du budget mensuel
Répartition des dépenses par catégorie
Répartition des dépenses par catégorie

Conclusion

Depuis 2014 la méthode de gestion de nos finances personnelles a évolué. Passée d’un simple suivi de nos dépenses au jour le jour, elle s’est transformée en une vraie gestion de budget mensuelle.

La mise en place de notre budget a évolué en même temps que nos objectifs. Notre but premier était de nous assurer que nous versions l’un et l’autre les mêmes sommes. Mais notre suivi alors n’était pas complet et nous avions besoin d’éléments supplémentaires pour piloter au mieux nos finances.

Cela renforce notre conviction que pour bien gérer vos finances, vous devez d’abord définir de façon claire vos objectifs.

Maintenant, nous sommes à même de prévoir nos dépenses et anticiper d’éventuels problèmes.

Au-delà de ces aspects de prévision et d’anticipation, ce travail de gestion de budget nous permet d’analyser notre situation, ce qui est indispensable pour développer ensuite de nouvelles sources de revenus.

Et vous ? Indiquez dans les commentaires quelle méthode vous utilisez pour suivre vos finances personnelles.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le ! :)

3 réactions sur “ La mise en place de notre budget – Étude de cas #2 ”

  1. Ping Notre défi : 52 études de cas pour partager - La voie des finances

  2. Ping Comment faire un budget ? - La voie des finances

  3. Ping Nos besoins et nos envies - Étude de cas #5 - La voie des finances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *