La définition de nos objectifs – Étude de cas #1

“Quels sont vos objectifs ?”

Lorsque notre conseiller financier, que nous rencontrions pour la première fois, nous a posé cette question, nous sommes restés indécis. Nous n’y avions jamais vraiment réfléchi.

À la base, si nous avions contacté ce gestionnaire de patrimoine, c’était pour faire comme les collègues, sans réelles intentions. Car nous pensions qu’avec notre crédit immobilier, un jeune enfant et des salaires en bas de la classe moyenne, nous n’avions aucune possibilité d’investissement.

Cette première question, des plus pertinentes, nous a fait cogiter d’entrée de jeu.

Car définir des objectifs c’est se donner une direction à suivre, clarifier sa vision et ainsi déterminer les actions à mettre en place pour les atteindre.

“Avoir des objectifs est non seulement nécessaire pour nous motiver, mais c’est essentiel pour que nous restions en vie.”

Robert H. Schuller

Une fois énoncé de façon précise, un objectif implique d’agir. Tant qu’un objectif reste flou, nous ne nous sentons pas obligés d’agir. C’est la raison principale de ce que l’on appelle “la procrastination intelligente”, ou comment avoir l’impression d’être occupé, mais à des choses inutiles.

Alors, un peu pressés par la situation, nous avons décidé de ce que nous désirions : “nous voulons générer 2500€ par mois à 60 ans (objectif 1) et disposer de 7500€ pour le permis de conduire, la voiture, les études de notre fils dans 15 ans” (objectif 2).

Voilà.

Cela semble être un bon début, vous ne trouvez pas ? Non ?

Et bien, vous avez raison ! Car nos objectifs ne s’appuient sur rien. Ils sont parfaitement irréfléchis et, comme les bonnes résolutions que l’on prend pour la nouvelle année, n’ont ainsi aucune chance de se réaliser.

Pourquoi ?

Pour bien comprendre, et avec quelques années d’expérience de plus, reprenons ces deux objectifs et voyons s’ils possèdent les caractéristiques d’un objectif SMART :

Les lecteurs de cet article ont aussi lu l’article « Méthode SMART : comment définir vos objectifs ? »

Spécifique

Pour le 1er objectif, déjà là, ça coince !

Nous souhaitions générer 2500€ par mois. Même si nous avions indiqué un montant et qu’il s’agissait de revenus mensuels, cela n’était pas très clair. Or le but d’être le plus spécifique possible c’est derrière de guider les actions à mettre en place pour atteindre nos objectifs. Sans cet élément, on ne sait pas quoi faire, ni quand, ni comment.

Problème : à l’époque nous n’avions aucune connaissance de ce qu’il était possible de mettre en place pour générer ce revenu.

De la même manière, “à 60 ans” n’est pas précis car nous n’avons pas le même âge. Donc la question, aux 60 ans de qui, se pose d’emblée.

À l’inverse, l’objectif 2 s’avère plus explicite.

Nous savions dans quel but nous aurions besoin de cet argent. Cela limite d’entrée les possibilités, car ici nous ne recherchions pas un revenu, mais du capital à retirer.

Pour le montant, notre objectif s’appuyait sur notre propre expérience, car nous avions une idée du coût du permis de conduire et d’une voiture d’occasion.

> Maintenant, avec le recul et nos connaissances actuelles, notre 1er objectif pourrait être revu ainsi : générer au minimum 2500€ par mois de revenus passifs en s’appuyant sur au moins 5 supports différents pour limiter les risques.

Mesurable

Là, pas de soucis. Si nous ne savions pas comment les atteindre, nous avions bien indiqué des chiffres : 2500€ mensuels d’un côté et 7500€ de l’autre.

Cependant, dans le cas de l’objectif 1, ce montant découle d’autres que nous ne connaissions pas. En effet, pour générer 2500€ par mois il faut en avoir investi beaucoup plus avant. Or à l’époque nous n’avions aucune idée du montant que cela impliquait d’investir (et si nous l’avions su, sans aucune connaissance financière, nous aurions trouvé cela infaisable).

Sur l’objectif 2, nous partions d’un montant de base positionné sur une assurance-vie. Sur 15 ans cette somme investie devait nous rapporter suffisamment sans avoir à l’alimenter davantage. Pour mesurer l’avancement de cet objectif, nous n’avions ainsi qu’à suivre le support et le regarder évoluer.

> Maintenant, pour l’objectif 1 il serait intéressant de préciser encore notre cible en indiquant le montant total à placer sur 5 supports qui nous permettrait de générer 2500€ par mois de revenus passifs.µ
Sur l’objectif 2, la suite nous montra qu’il n’était pas aussi aisé de croire que nous pouvions transformer de l’argent en encore plus d’argent sans rien faire…

Note : nous dédierons une étude de cas à cet objectif qui est intéressant lorsqu’on compare la situation initiale, ce sur quoi elle se base, la situation réelle et enfin nos ajustements pour atteindre cet objectif.

Atteignable

À l’époque de notre rendez-vous, les montants désirés nous paraissaient suffisants et atteignables.

Sur l’objectif 1 le montant correspondait à ce que nous gagnions tous les mois à deux en travaillant. Notre objectif de 2500€ impliquait donc que nous souhaitions générer plus que notre retraite et ce presque 10 ans plus tôt.

Quant à l’objectif 2, il nous semblait tout à fait ambitieux. En comparaison, nous n’avions ni l’un ni l’autre pas eu d’aide pour nous payer notre première voiture.

> Maintenant, pour réaliser ses rêves, “suffisant” ne suffit pas. En réalité, si vous voulez conserver votre motivation, votre objectif doit se montrer à la hauteur et doit donc être ambitieux en plus d’être atteignable. Avec le recul nous avons très vite remarqué que générer 2500€ par mois n’avait rien de stimulant. Surtout que depuis, l’inflation a fait son effet, et nous avons tous les deux eu des évolutions de salaires.

Réaliste

Notre rigueur à épargner rendait nos objectifs tout à fait réalistes. Lors de notre rendez-vous, notre conseiller financier nous avait d’ailleurs assuré de leur faisabilité à long terme.

L’objectif 2 ne nous posait pas de problème particulier. En effet, lors de l’achat de notre résidence principale, nous avions déjà réussi à mettre de côté une telle somme pour nous constituer un capital.

> Maintenant, ayant analysé que notre objectif 1 n’était pas particulièrement ambitieux, cela renforce le fait qu’il est facilement réalisable.
Cependant, si l’on réévalue notre 1er objectif, nous mettons en péril le deuxième. À l’origine, nous ne devions pas alimenter ce dernier. Malheureusement, après plusieurs années de suivi, nous avons constaté qu’il n’évoluait pas dans le bon sens. Pour obtenir les 7500€ souhaités dans le temps imparti, nous allons devoir placer de l’argent sur cette assurance-vie chaque mois. Or cet argent nous est tout aussi indispensable pour atteindre notre objectif 1…

Temporellement défini

Comme indiqué dans le paragraphe sur le caractère spécifique de nos objectifs, l’objectif 1 n’apparaissait pas totalement défini dans le temps. N’ayant pas le même âge, nous aurions dû préciser aux 60 ans de qui nous parlions.

En plus de cette imprécision, cette date avait été prise au hasard ! L’âge de la retraite s’éloignant de plus en plus (ne comptant de toute façon pas dessus), nous avions simplement décidé que nous ne voulions pas travailler au-delà de 60 ans.

L’objectif 2 lui, avait dès le départ une durée précise : “dans 15 ans”.

> Maintenant, en connaissant mieux les supports financiers, leurs rendements, leurs perspectives à moyen et long terme, nous pouvons revoir notre objectif 1 pour lui donner une date de fin dans 20 ans, soit aux 50 ans de l’un et aux 55 ans de l’autre.

Conclusion de l’étude de cas

À la lecture de cette étude de cas, un premier constat s’impose : il est difficile de définir des objectifs financiers sans un minimum de connaissances dans le domaine.

Pourtant, malgré le manque de précision de nos objectifs, nous avons choisi de débuter dans la gestion de nos finances personnelles. Au fur et à mesure de notre apprentissage, de nos expériences, nous avons été à même de faire évoluer nos objectifs et de mettre en place un plan d’action plus adapté pour les atteindre.

Peu importe que vos objectifs ne soient pas parfaits dès le début. Le but est avant tout de vous fixer un cap à suivre. La précision viendra au fil du temps et tandis que vous développez votre intelligence financière.

“Ce qu’on obtient en atteignant nos objectifs n’est pas aussi important que ce que l’on devient en les atteignant.”

Zig Ziglar

Surtout, retenez bien ceci : l’action surpasse toujours l’inaction ! Pour percevoir les fruits de vos investissements, vous devez agir. Agissez maintenant !

Dîtes-nous dans les commentaires quelles actions vous avez mis en place pour atteindre vos objectifs.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le ! :)

10 réactions sur “ La définition de nos objectifs – Étude de cas #1 ”

  1. Ping Notre défi : 52 études de cas pour partager - La voie des finances

  2. Ping Méthode SMART : comment définir vos objectifs ? - La voie des finances

  3. Ping Diversification ou dispersion ? Étude de cas #7 - La voie des finances

  4. Ping Nos SCPI - Etude de cas #8 - La voie des finances

  5. Ping Nos sources d'inspiration financières - La voie des finances

  6. Ping La voie des finances - Chronique #1 - La voie des finances

  7. Ping Notre aventure blogging - Étude de cas #13 - La voie des finances

  8. Ping Notre motivation - Etude de cas #15 - La voie des finances

  9. Ping Nos débuts dans l'immobilier physique ? - La voie des finances

  10. Ping Notre meilleur investissement - La voie des finances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *